Peuples surnaturels en guerre contre les humains. Venez nous montrer vos talents.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vol de nuit [PV Sbrok]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Vol de nuit [PV Sbrok]   Dim 19 Jan - 13:54

A mesure que la nuit avançait, l'inquiétude avait fait place à l'excitation.
C'était la première fois que Lilienthal avait un travail aussi important et dangereux. La maison dans la roche, une réelle forteresse naine protégée par tous les pièges les plus ingénieux possibles. En réalité, cela amusait le jeune homme plus qu'autre chose. C'était un défi à son intelligence et son imagination.

Il n'avait, comme à son habitude, pas demandé le pourquoi du comment. C'était d'ailleurs pour cela qu'on l'appréciait : il ne demandait rien à part la moitié du paiement à la commande et le reste à la livraison. La plupart du temps il passait pas des intermédiaires de manière à rester un personnage flou, mais cette fois la livraison se ferait en main propre avec le client, ce qui rajoutait du piquant à la mission : elle serait dangereuse, à n'en pas douter.

Avec une grande délicatesse, Lilienthal crocheta un premier loquet, prenant garde à désamorcer en premier lieu le piège qui lui aurait, à défaut de faire perdre une main, certainement causé de grandes douleurs. A présent qu'il avait pénétré la forteresse, il sortit sa sagaie. Il n'était pas là pour tuer ce soir, surtout s'il voulait entrer et ressortir sans qu'on sache jamais qu'il était passé par là. Aussi visa-t-il un garde pour lui envoyer une fléchette sédative à effet immédiat. Parfait.

Lilienthal ne fut plus qu'une ombre dans les couloirs du château, jusqu'à s'enfoncer encore dans ses entrailles. Il finit par trouver la salle qu'il cherchait, du moins le supposait-il au vu des gardes postés devant. Agissant avec rapidité, il se glissa derrière eux et entra dans la salle sans même qu'ils l'aient remarqué. Il attendit un court instant, la respiration retenue, et fut soulagé lorsqu'il put refermer la porte sur lui.

Bien, maintenant, il devait mettre la main sur un rouleau protégé par un étuis de cuir précieusement ouvragé et le remplacer par un faux pour couvrir ses traces. Si seulement il trouvait ce qu'il cherchait...

Revenir en haut Aller en bas
Sbrok Dunrhorn
Roi Nain - Guerrier - Forgeron
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/01/2014

MessageSujet: Re: Vol de nuit [PV Sbrok]   Dim 19 Jan - 14:35

La nuit est déjà bien avancée. C’est tout du moins ce que je constate lorsqu’un rapide coup d’œil m’informe de l’œil et par chance, cette réunion va se finir bien plus tôt que prévu ce qui en soi, va me permettre de me reposer un peu ce qui en soi, ne sera pas du luxe, même pour un roi ! Tiens, en parlant de roi, ça me fais repenser au sujet de cette réunion et quoi que j’en dise, je n’ai aucune raison de refuser cette rencontre avec Erebus Coursevent, le roi vampire. S’il souhaite réellement la paix, c’est même plutôt logique que j’accepte de m’y rendre et c’est donc ce que je ferais. Après cette courte réflexion, j’arrive devant Maison dans la roche, mon domicile personnel. Ça aussi ça me fait repenser au passé. Je me souviens encore avoir gravi ses marches, quarante ans en arrière pour trancher la tête du roi fou… oui, comme si c’était hier. En fait pour être franc, j’aurais pu rester dans mes pensées jusque dans mon lit et même au-delà… si un seul détail ne m’avait pas frappé. Vous connaissez ma réputation de forgeron, n’est-ce pas ? Et bien il existe un détail que peu d’hommes connaissent. Je me suis moi-même occupé de reforger une grande partie de tout se qui se trouve être en métal dans cette demeure et cela inclut aussi les poignées de porte et penserez vous, il est peut être fantaisiste d’y avoir ajouté un léger loquet, proche de l’armature en bois de la porte même. Après tout, l’ancien roi à perdu sa femme pendant leur sommeil, ce qui en soi n’est pas une mince affaire alors il n’est pas bien irresponsable de s’ajouter des sécurités supplémentaires… surtout en sachant que c’est moi-même qui pourrait être pris pour cible. Les seuls étant au courant de ce stratagème étant mes gardes royaux et moi-même.

Vous me direz en soi, quel cambrioleur ne rêve pas simplement de prendre d’assaut ce lieu rempli de savoir ancien et de trésors en tout genre ? C’est donc ainsi que je me décidai à pousser doucement la porte, dévoilant ainsi l’entrée de ma demeure avant d’y entrer tranquillement, tirant la hache de mon dos dans un son caractéristique avant de pénétrer plus amplement dans les lieux. Il ne me fallut pas très longtemps pour constater qu’en effet, quelqu’un avait bien pénétré dans ma demeure, si ce n’est qu’une impression ou une simple paranoïa due aux anciens temps, quand ma propre femme fut assassinée dans mon impuissance ? Allez savoir, et c’est au détour d’un couloir que j’eus la preuve que malgré ma propre bêtise, mes pressentiments n’étaient pas encore si mauvais. Tandis que j’arrivais devant la trésorerie du grand manoir, je pus aisément constater que celle-ci avait été laissée entre-ouverte et que donc, je n’étais pas fou. C’est donc en arrivant devant cette porte que je me décida à l’ouvrir d’un grand coup de pied, entrant en trombe pour y repérer l’intrus et le clouer au sol a l’aide du manche de ma hache, plaçant la lame de celle-ci directement sous sa gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Vol de nuit [PV Sbrok]   Dim 19 Jan - 17:19

Le jeune voleur poussa un soupir d'exaspération. Il ne trouvait pas ce qu'il cherchait et chaque objet qu'il déplaçait et devait remettre en place lui faisait perdre un temps précieux. Il aurait préféré tout balancer pour faire une fouille rapide, mais la discrétion avait été le maître mot de la mission. Pas de morts, pas d'autre vol - il n'en faisait jamais de toute façon, ça n'était pas professionnel à son sens - et ne pas se faire remarquer... Avec un peu de chance, son vol ne serait peut-être même pas remarqué, vu qu'il remplacerait le parchemin voulu par un faux.
S'il mettait la main dessus.
Peu à peu, il sentait l'inquiétude reprendre ses droits. Et s'il avait eu de mauvaises informations ? Ce qui lui avait manqué, c'était surtout de réussir à nouer un contact à l'intérieur de la forteresse. Il connaissait peu les coutumes naines et, s'il avait réussi facilement à glisser un garde dans son lit, celui-ci s'était avéré absolument inutile, tout amusement mis à part. Il mit de côté un collier qui à lui seul aurait pu assurer ses vieux jours, totalement désintéressé par les richesses apparentes.
La discrétion, voilà quel était son maître mot.

Le silence régnait dans salle mais le voleur restait attentif à tout. Du moins le pensait-il...
La porte fut soudainement ouverte avec fracas, faisant sursauter le blond et se retourner vers le nain qui venait d'entrer. Déjà celui-ci le percutait avec son manche en plein dans la poitrine et Lilienthal tomba à terre alors que la douleur était en train d'éclore là où le nain l'avait frappé. Il ne portait pas d'armure, évidemment, cela n'aurait fait que le ralentir et l'empêcher de se glisser là où sa finesse naturelle le permettait. Il essaya de se redresser mais la lame sous sa gorge l'en empêcha. Tout ce qu'il pouvait dire... C'est qu'il était mal barré.

Ce n'était pas la première fois que Lilienthal se retrouvait dans ce genre de situations. En fait, il n'arrivait pas à savoir s'il était particulièrement chanceux - parce qu'aucune de ces situations n'avait été mortelle - ou s'il était particulièrement malchanceux - parce que cela lui arrivait relativement souvent. En attendant, il avait une lame sur la gorge et était peu enclin à se battre. Son regard bleu n'avait pas quitté celui de son adversaire et, levant les mains pour montrer qu'il n'était pas armé - du moins qu'il n'avait pas ses armes à portée.

"Je peux vous expliquer, si vous permettez."

Avec lenteur, il écarta sa veste noire, montrant un écusson de la garde naine. Bon, il ne savait pas trop comment son commanditaire se l'était procuré, mais finalement il était bien content de l'avoir. Il évalua le nain en face de lui, regrettant de n'avoir jamais vu son visage ailleurs.

"Je suis en mission pour le roi Dunrhorn. Vérification de la surveillance. Et je peux vous assurer qu'il entendra parler de la manière dont vous surveillez les coffres ! C'est inadmissible que j'aie pu rentrer aussi facilement !"

Lorsqu'on avait une hache sous la gorge, le culot, c'était un peu tout ce qu'il vous restait pour survivre. Avec un peu de chance, même si on ne le croyait pas, celui qui l'avait interrompu le laisserait avec les deux gardes qui passaient à présent la tête à travers l'encadrement de la porte et il s'en sortirait avec ces deux balourds, le temps d'aller chercher quelqu'un de compétent pour gérer la situation. Du moins l'espérait-il fortement.
En tout cas, cela signifiait que la mission de ce soir était sacrément compromise...
Revenir en haut Aller en bas
Sbrok Dunrhorn
Roi Nain - Guerrier - Forgeron
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/01/2014

MessageSujet: Re: Vol de nuit [PV Sbrok]   Lun 20 Jan - 6:06

Tandis que ma lame était assez près de sa gorge pour y découper une fine parcelle de chair, l’homme cloué au sol se permit de prendre la parole. M’expliquer ? Ma foi, je suis bien d’humeur à rire ce soir alors pourquoi ne pas rire un peu avant de lui trancher la gorge ? Ce garçon avait deux choses que je ne pouvais pas lui retirer, Le mental et une manière polie de tourner ses phrases. Oui, le mental car vous en conviendrez, il n’est pas chose facile que de maintenir le regard du nain qui possède déjà sa hache sous votre gorge. D’un hochement de tête, je lui permis donc de prendre la parole et de tenter de s’expliquer. Vous imaginez bien ma légère surprise lorsqu’il m’a montré l’écusson de ma garde mais je me contentait simplement d’arquer un sourcil en attendant le reste de son explication. A peine ouvrit-il la bouche que je ne pus m’empêcher de retenir un rire pour franchement éclater de rire avant la fin de sa phrase. Le Roi Dunrhorn hein ? Si j’avais su qu’un cambrioleur me sortirait en face de moi dans ma propre demeure qu’il était en mission pour moi, je crois que j’aurais moins bien rit, bien que franchement, je me serais bien amusé quand même. Vous me direz, à force de rire, n’en lâche t-on pas position et donc ne laissons nous pas une faille au prisonnier pour s’enfuir ? Si, mais dans le cas présent, non. Tout en riant, je retirai légèrement ma hache avant de venir empoigner l’homme par le col et de venir le clouer au mur, assis et ôter mon heaume. Je lui voyais dorénavant autre chose que je ne pouvais pas vraiment lui ôter : Le culot. Je pris finalement parole, pressant légèrement ma hache sur sa gorge.

-Et bien mon garçon, c’est ton jour de chance. Tu as devant toi le Roi Dunrhorn en personne et que tu me croies ou non… je ne me souviens en rien avoir engagé qui que ce soit pour veiller à la surveillance de mon domicile personnel.

Un léger, bien que suffisamment lourd silence s’installa dans la pièce. Je pense que notre petit cambrioleur ne devait sans doute pas s’attendre à voir débarquer le roi en personne à cette heure-ci encore en armure.

-sait tu pourquoi il y à si peu de gardes pour surveiller mon domicile ? Car j’accorde une confiance totale en chacun de mes gardes personnels et qu’un seul d’entre eux vaux sur le champ de bataille n’importe quel bataillon humain. Bien que cela ne suffise visiblement pas à un cambrioleur, je vais te donner l’autre raison à ce manque de gardes ici même… C’est que quoi qu’on puisse parvenir à me voler, cela me servira de raison pour me lancer dans une grande chasse à l’homme, pour avoir le plaisir de voir couler un peu de sang… tu vois ?

Mon regard était devenu beaucoup plus sérieux tandis que je l’avais replanté directement dans le sien et ma hache exerçait dorénavant une légère pression sur sa gorge, suffisamment en tout cas pour entailler légèrement sa chair.

- Alors dis-moi, Garçon. Que dois-je faire de toi ? Dois-je te couper la tête ici même ? J’ai déjà tranché la tête d’un roi dans cette demeure, je peux aisément couper celle d’un jeune voleur sans en éprouver de remords. Ou peut être dois-je me montrer clément et de laisser la vie sauve ? Mais dans ce cas, comment être sûr que tu n’aurais pas la folie de revenir ? Dois-je te couper une main ? La langue ? Je dois avouer être épris d’un certain doute.

A ce moment, je me montrais suffisamment dur pour montrer de ma franchise mais dans le fond, je ne voulais en rien lui ôter la vie. L’ancien roi était un roi fou, assassin mais lui n’est qu’un voleur. Lui couper la main serait une punition bien suffisante bien que la clémence pourrait lui donner une dette envers moi ce qui en soi, pourra m’être utile par le futur, qui sait ? Je dois cependant avouer être curieux de ses réponses et une chose est sûre, il ne pouvait en rien bouger car peu importe mon ou son mouvement, sa gorge y passerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Vol de nuit [PV Sbrok]   Lun 20 Jan - 19:19

Le rire, ce n'était pas réellement la réaction qu'attendait Lilienthal, loin de là ! Cette affaire sentait de plus en plus mauvais.
Et bien sûr, il tombait une un seul nain, et il fallait que celui-ci soit le roi. Alors que son assaillant - d'un certain point de vue tout du moins - retirait son heaume, le blond perdit tout espoir que le nouvel arrivant soit en train de le mener en bateau. Il avait déjà vu des gravures de ce visage et le reconnaissait sans peine. Comment allait-il se sortir de là, cette fois ?

Le roi commença à parler, le prenant apparemment pour un humain. Il fallait avouer que, contrairement à ses pairs proches d'animaux à fourrure, il fallait le déshabiller pour être certain qu'il était bien un animorphe. Sa situation n'aurait pas été aussi … sur le fil, Lilienthal aurait souri. Le fait est qu'il avait réussi à entrer, quoi que puisse flagorner le roi sur ses hommes et les champs de bataille. Lilienthal était plutôt doué dans son métier, il n'avait pas eu le choix. Il était trop loin de chez lui lorsqu'il s'était retrouvé livré à lui-même, et avait vu sa carrière de voleur comme une bonne alternative à la prostitution. Le reste de la tira le fit cependant pâlir légèrement, de même que la coupure sur sa gorge. Le roi Dunrhorn n'était-il pas connu pour avoir déjà tranché la tête de quelques uns de ses opposants ? Les rumeurs allaient bon train à ce niveau là, si bien qu'il était délicat de reconnaître le vrai du faux. Le fait est qu'actuellement, cloué à un mur face à un nain en armure, Lilienthal n'en menait pas large. Il garda le silence, ne montrant même pas que l'entaille était douloureuse. Son regard gardait une trace de défi, et à aucun moment il ne baissa les yeux.

Le monarque se remit à parler, durement, et le voleur n'osa pas même déglutir, de peur que la lame ne s'enfonce un peu plus. Son adversaire jouait avec lui, s'attendant peut-être à ce que l'espoir déforme ses traits, ou qu'il le supplie ? Il n'en était pas question. Quant à se faire mutiler… Très peu pour lui. Il avait déjà entendu parler de guérisseurs assez puissants pour faire repousser un membre perdu, mais ne savait si ces gens existaient réellement ou n'étaient que des mythes, encore une fois. La langue le ferait, de toute façon, mourir d'hémorragie, et la main… C'était son gagne pain ! Sans ça, il n'était plus bon à rien.

Lilienthal ferma les yeux et inspira lentement. La peur qui avait habité son regard lorsque le roi s'était mis à parler de sa punition laissa place à une résignation, puis la résolution. Il réussit même à contrôler sa voix lorsqu'il se remit à parler.

"Si vous trouvez qu'il y a une quelconque clémence à me condamner à la vie de mendiant… Tranchez-moi plutôt la tête."

Au fond, il jouait sur le fait que l'homme en face de lui ne soit pas aussi sanguinaire que son prédécesseur. Peut-être… Oui, peut-être pouvait-il négocier même de repartir en un seul morceau.

"Cependant, si j'avais été un simple voleur… Je serais déjà reparti. Une seule de vos pièces d'orfèvrerie me mettrait à l'abris du besoin pendant plus d'un an, et je connais de nombreuses personnes désireuses d'obtenir un bijou forgé par le roi des nains en personne."

C'était vrai, il espérait que Dunrhorn en était conscient autant que lui. Il s'apprêtait à faire quelque chose qui, si jamais cela se savait, nuirait à sa réputation. A quel point ses commanditaires étaient puissants ? A quel point, pour sauver sa peau aujourd'hui allait-il devoir la risquer demain ? Son coeur se mit à accélérer. Se pouvait-il qu'un des deux gardes derrière lesquels il était passé si facilement en entrant soit un espion ? Auquel cas, il n'aurait de toute façon pas le loisir de sortir d'ici.

"Je… j'ai été payé pour ce cambriolage."

Bon dieu, il détestait avoir à faire ça ! Dire que dans la profession, il était connu pour avoir la chance de se sortir de n'importe quelle situation. Il faisait attention à maintenir cette réputation avec toujours d'excellents résultats, mais, des soirs comme celui-ci, il aurait préféré être moins illustre. Parce qu'au fond, il tenait sacrément à la vie. Cette pensée transparut un instant sur son visage, avant qu'il ne reprenne la maîtrise de lui-même.

"Je n'en parlerai qu'à vous seul et… uniquement si j'ai votre promesse de repartir d'ici vivant et entier."

En disant cela, il eut un regard pour les deux nains à la porte. Oh, il n'espérait pas tendre un piège au roi en restant seul avec lui : vu ses armes, il était désavantagé, et ses chances de placer une fléchette narcotique alors que seul le visage du nain était visible lui semblaient restreintes…
Revenir en haut Aller en bas
Sbrok Dunrhorn
Roi Nain - Guerrier - Forgeron
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/01/2014

MessageSujet: Re: Vol de nuit [PV Sbrok]   Mar 21 Jan - 11:40

J’avais eu tout le temps d’analyser les mots et les réactions du jeune homme et quels qu’en ai été mes mots, je ne pus constater qu’avec une satisfaction certaine qu’ils semblaient avoir eu l’effet désiré. En tout cas le jeune homme fonctionnait de manière rationnelle et en soi, cela ne pourrais l’amener qu’à la sortie. Dans un premier lieux, il y eut l’étape logique de la franchise, mais de celle qui se veux humble. Il a tout à fait raison, sur ce fait je serais bien plus clément de lui couper la gorge mais avant de m’executer, l’étape suivante demande à ce que le condamné passe aux négociations. « Que peux bien valoir ma vie pour qu’il me laisse survivre ? » Hormis l’homme qui veux mourir, cette pensée effleure tendrement toutes les pensées des mourants. Qui n’as pas vu un condamné par maladie prier son dieu pour le sauver ? Puis face à un échec, reste la franchise, mais cette fois celle qui met de côté certaines valeurs, celle qui ne demande que tout pour survivre. Ce garçon ne souhaites pas mourir et ce n’est qu’un voleur, il mérite punition mais la mort reste en soi un acte trop expéditif pour si peu. Il aurait tué un nain ou violé une servante, je l’aurais tué sans aucune distinction mais le seul nain que l’on ai retrouvé au sol était visiblement sédaté, d’après les deux gardes qui sont venus me rejoindre peu avant. Après un instant de réflexion, le jeune homme finit donc par me proposer de parler sous secret, lui et moi et en toute franchise, je n’aurais pas proposé mieux. Cependant, il restait un petit souci à éclairer avant cela, et c’est en ôtant ma hache de sa gorge pour la poser à côté, contre le mur, tendant ma main vers lui pour finalement prendre la parole :

-J’accepte de t’écouter mais avant cela, tu dois me donner toutes les armes que tu possède. Je sais qu’un voleur n’est pas un assassin mais tu comprendras que je préfère avoir une certaine sécurité derrière moi. Montre-moi que je peux te faire confiance et tu pourras me faire confiance et donc de ce fait, sortir d’ici entier et vivant et même avec tes armes. Après tout, j’ai tué l’ancien roi pour cause de sa folie, tant que tu ne te montres pas fou, tu auras la vie sauve.

Après qu’il se soit exécuté, je demandai à l’un des gardes de ramener un tonnelet de bière et ensuite, sortir avec son confrère et, une fois ceci fait, j’invitai le jeune homme à me suivre dans une pièce plus appropriée pour discuter : Mon salon. Une grande pièce entièrement gravée dans la roche, décorée de divers ornements tout aussi couteux les uns que les autres mais dont je n’avais hérité que par la guerre. Une fois installés, je servis une choppe à mon « invité » avant de finalement prendre la parole :

-Alors mon garçon, qui est-tu est qu’à tu à me raconter ? Rassure toi, je ne vais pas te manger

Mon regard était tranquillement plongé dans le sien tandis que j’attendais une réponse, une main posée sur mon genou et l’autre sur ma propre choppe, avalant quelques grosses lampées du nectar que j’aimais tant, riant légèrement à ma propre blague et en faisant bien en sorte de ne témoigner d'aucune mauvaise intention. Après tout.. je n'en ai aucune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Vol de nuit [PV Sbrok]   Mer 22 Jan - 14:02

Lilienthal sentait son coeur battre fortement dans sa cage thoracique. Soit le roi acceptait, soit il le décapitait à l'instant. Du moins, c'était ce qu'il espérait. Eviter une mort douloureuse et lente, éviter la mort si possible. Après un instant qui lui parut l'éternité, l'énorme hache s'éloigna enfin de sa gorge fragile et avec soulagement le blond essuya le sang qui en dégoulinait. Le roi lui tendit la main, l'aidant à se relever, et le jeune homme accepta avec plaisir. Ses jambes flanchaient légèrement, à présent que le plus gros du stress - autre petit nom délicat pour "lame d'une hache sous la gorge" - était écarté. Le roi demanda ses armes et Lil' eut un hochement de tête. Hum.

Il retira ses gants qui contenaient tous les deux, sur les côtés, une aiguille parfois recouverte de poison. Puis il défit sa ceinture large qui contenait son matériel de crochetage et ses deux dagues, posa sa sagaie à côté. Ce n'était pas terminé. Relevant sa veste, il retira la dague qui était attachée à ses côtes, montrant au passage la marque noire sur son dos qui l'identifiait comme un animorphe, puis retira les armes qu'il gardait dans chacune de ses bottes, au cas où. Enfin, il retira la bague qu'il portait au pouce, dont la décoration massive pouvait en fait s'ouvrir pour contenir une poudre.

"Totalement désarmé."

Lilienthal n'avait pas, du moins pour l'instant, envie de jouer avec sa vie par vantardise. Il se sentait un peu exposé ainsi, tout ce qui lui restait étant l'écusson des gardes et le rouleau qu'il aurait dû remplacer. Il suivit le roi dans un salon, admirant le travail fin et délicat des nains. En tant que voleur, il avait appris à apprécier le bel oeuvre, ce qui était souvent nécessaire pour évaluer correctement quelque chose. Il s'était fait avoir quelques fois lorsqu'il était plus jeune et s'était juré de ne plus jamais faire confiance à qui que ce soit pour évaluer un produit. Il s'installa du bout des fesses dans un fauteuil, avec une certaine droiture dans l'allure. On le trouvait souvent maniéré pour un simple vaurien, mais cela faisait aussi partie de son métier, à son sens. Il enroula ses doigts autour de la chope, remerciant le monarque. Puis il prit une gorgée, regardant le roi dans les yeux. Qui il était ? Autant ne pas mentir, pour le coup.

"Je m'appelle Lilienthal. Né dans le petit village de Thurkear, au bord de l'eau. D'un point de vue plus professionnel, on fait appel à moi en demandant le Chat de Gildaron.[*]"

Il ne savait pas trop si le roi nain avait ou non entendu parler de lui. Il était célèbre, dans un sens, et dans Gildaron même une prime était sur sa tête. Comme personne ne savait à quoi il ressemblait, il s'en tirait ainsi.

Lentement, Lilienthal sortit le rouleau et le poussa vers le roi. L'écrin était ouvragé, et lui avait été donné comme référence par rapport à ce qu'il devait subtiliser. Il eut un soupir, se laissa aller en arrière dans le fauteuil confortable.

"J'ai été engagé pour voler un rouleau identique, et le remplacer par celui-ci. Si tout s'était bien passé…"

Le blond haussa les épaules, sombrement.

"Et bien, je suppose qu'il se serait passé quelques temps avant que vous remarquiez la supercherie."

Il n'avait pas vu l'original, pour savoir si c'était une copie conforme, mais elle lui semblait assez bien faite pour que l'illusion tienne jusqu'à ce que quelqu'un se penche réellement sur l'objet.

"J'ai été contacté via intermédiaire, comme d'habitude, et je devais ramener mon butin… A Imalnel, dans une semaine. Pour toucher la fin de mon salaire et donner le rouleau."

Le jeune homme s'interrompit. Il avait dit tout ce qu'il savait au sujet de cette affaire.

____
[*]Toute ressemblance avec un certain livre serait absolument fortuite


Revenir en haut Aller en bas
Sbrok Dunrhorn
Roi Nain - Guerrier - Forgeron
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/01/2014

MessageSujet: Re: Vol de nuit [PV Sbrok]   Mer 29 Jan - 7:30

C’est donc une fois le jeune homme désarmé et le fait qu’il soit animorphe révélé que la conversation ou tout du moins ses explications, ont pu se faire et c’est bien entendu de part toute ma curiosité que je l’écoutais. En effet il me semblait franc, surtout que l’on m’avait déjà rapporté des faits accomplis par ce fameux « chat ».  Il s’appellait donc Lilienthal de Thurkear  et avait été envoyé pour récupérer un fameux rouleau. Après avoir attrapé le faux et l’avoir analysé un court instant, je m’étais levé pour me diriger vers une étagère non loin et en tirer l’original avant de revenir à ma place. En réalité, il s’avérait d’un parchemin que j’avais moi-même rédigé témoignant de l’authenticité d’un nouveau métal trouvé dans la montagne et qui avait déjà servi à forger quelques rares armes comme ma propre hache (qui avait bien sûr été forgée par mes soins, l’ancienne ayant été brisée dans la guerre contre le roi fou). Je pouvais aisément comprendre que quelqu’un puisse s’intéresser de près à ce métal et au savoir faire forgeron nain. J’avais prévu de garder le secret sur ce métal ainsi que sur notre forge expérimentale le concernant. Bien sur, j’en aurais peut être parlé et limité l’accès à nos possibles alliances, mais au final, il semblerait qu’il y a eu une fuite. Soit ça, soit un des miens voulait faire main basse sur ce nouveau métal ce qui pourrait apporter qu’une nouvelle guerre. Notre Ami Lilienthal avait déjà bel et bien en tester le tranchant et pourrait sans doutes certifier que c’est un métal de bonne qualité, on n’a pas besoin d’un énorme contact pour s’en rendre compte et si d’autres peuples, comme les humains, apprenaient que l’on cachait cela, cela pourrait accélérer les guerres dans ma montagne juste pour mettre la main sur ce métal.

-Et bien Lilienthal de Thurkear, j’ai un contrat pour toi, si cela t’intéresse. J’ignore si tu as déjà lu ce qui se trouve dans ce parchemin mais il s’avère que ton employeur est un peu trop renseigné sur mes faits et gestes à mon goût.

J’attrapais la dague de Lilienthal, que j’avais posée avec le reste de son équipement sur le siège à ôté du mien pour la dégainer et en tester rapidement la qualité. Elle n’était pas de mauvaise qualité, mais comme je m’y attendais, ce n’était pas non plus du grand art. Il avait été franc avec moi, je le serais donc à mon tour.

-Il s’avère que nous avons découvert un nouveau métal, bien meilleur pour forger les armes et leur offrir une qualité sans pareille, ici sous la montagne. Ma Hache en est un des premiers et rares exemplaires et je pense que du léger contact que tu en as eu, tu ne pourras pas nier son efficacité. Ton contact veux le parchemin attesté par mes soins sur l’authenticité et la qualité de ce métal et tu penses bien qu’une telle prise lui sera de très bonne augure, en revanche, cela n’apportera sans doutes que beaucoup de tors à ma montagne.

Je marquait une pause, l’air soucieux, comme si je réfléchissait à un plan d’action mais ceci n’était pas très long, peu après, mon sourire se fit de nouveau imposer sur mon visage tandis que je plantait de nouveau mon regard dans celui du jeune changeforme devant moi

-Oui, je vais te proposer un contrat, tu vas ramener ce « faux » à ton ancien employeur, mais tu n’as rien a craindre, à ce moment là, tu ne sera pas seul, je serais pas loin. Une fois celui-ci démasqué, je m’occuperais moi-même de son cas et en paiement pour le risque que tu vas encourir ainsi que pour ta parole de ne plus sévir dans ma montagne, je t’offrirai une nouvelle dague, justement dans cet acier et forgée par mes soins (ce qui, bien sûr, devra reste le secret le plus total). Qu’en penses-tu ?

La dague à elle seule possèderait une valeur suffisante pour qu’il n’ai plus à voler a vie mais pourrait aussi le sauver de bien plus nombreuses situation que l’ancienne. Je penses que c’est là un paiement de bonne qualité par rapport à ma demande et au vu de la tête qu’il a failli perdre, il serait dans une sens bien idiot de refuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Vol de nuit [PV Sbrok]   Mar 4 Fév - 21:28

Lilienthal laissa le roi examiner le document. Lui-même ne savait pas réellement ce qu'il y avait dessus. Il n'avait pas posé la question, et il s'était bien gardé de vérifier. Il vit ensuite le roi tirer l'original d'une étagère, et fronça le nez. Il n'avait pas encore eu le temps de faire cette pièce et aurait plutôt commencé par le bureau avant le salon. Il ne savait toujours pas ce que contenait le rouleau, et la curiosité commençait à le démanger. Enfin, le roi se mit à parler, et le jeune homme détourna son regard du parchemin qu'il n'avait pu déchiffrer vu leurs positions pour fixer le roi dans les yeux. Il l'écouta avec attention, secouant négativement la tête lorsque le monarque lui demanda indirectement s'il avait lu le parchemin.

"Je savais que c'était un faux, ça n'avait pas d'intérêt, quant à l'original..."

Sous entendu qu'il n'avait pu mettre la main dessus. Sinon, il aurait déjà été loin, loin d'ici... Le roi saisit la dague du voleur et, si le geste n'avait rien d'agressif, le blond se raidit immédiatement. Une chope à moitié vide contre une dague et une armure ? Il pouvait fuir, et espérer que le roi ne soit pas très habile au lancer... Il se détendit nettement à la suite du récit du roi.

Les pièces s'agençaient à présent facilement dans son esprit. Il oublié qu'il était désarmé, dans des lieux pas forcément amicaux. Penchant la tête, il voyait à présent parfaitement où avaient voulue en venir ses commanditaires. Il imaginait parfaitement les tors que cela pouvait causer aux nains. Pas qu'il soit particulièrement aimant des nains ou de quelque race que ce soit, en fait, mais une guerre ouverte entre les nains et les humains pourrait rapidement dégénérer et causer du tors aux autres. Il n'était pas stupide ou je m'enfoutiste au point d'être indifférent à l'esclavage et aux tortures potentielles que n'importe qui risquerait sous l'égide du roi humain. Il avait entendu parler d'animorphes mutilés, dont on aurait coupé chaque partie qui le différenciait d'un humain...

Quand enfin le roi lui exposa son plan, un sourire de filou étira les lèvres du blond. Oui, il voyait même quelques détails à changer, de manière à ce que tout soit idéal.

"Je marche. Par contre, je préfère peaufiner les détails avant de partir."

Il lui tendit l'écusson nain et son sourire se fit de loup.

"Je suis sensé rendre cela en même temps que le plan. Marquez le discrètement, de manière à voir à qui il sera rendu. Comme ça, vous démasquerez le traitre... De même, j'ai peur qu'ils reconnaissent le faux immédiatement. C'est une copie assez grossière de l'original, à posteriori."

Tournant entre ses doigts fins le document original, il secoua la tête négativement.

"Il faut au moins changer les étuis, ou faire un nouvel étuis. Peut-être rajouter un charabia quelconque ? N'importe quoi, qui puisse paraître authentique."

Penché sur les documents, Lilienthal était totalement différent. Il n'avait plus peur, il se focalisait sur sa prochaine mission.

"Nous allons tous les deux au point de rendez-vous, je discute avec mes commanditaires, vous prenez des notes. Avec un peu de chance, votre traitre est présent et tout s'arrête là, sinon je propose qu'on attende quelques jours. Je laisserai sous-entendre que je reste en ville une petite semaine, histoire de faire l'appât lorsqu'ils se rendront compte que c'est un faux."

Il s'interrompit. Il préférait ne pas parler du fait qu'il risquait peut-être sa vie juste en allant rendre les plans pour se focaliser sur le côté amusant de la chose : jouer la comédie, un mauvais tour aux autres.

"Bien sûr, si l'un des deux gardes qui étaient à la porte est de mèche avec votre traitre, je suis mort, je compte sur vous pour me protéger un minimum... Alors, vous en pensez quoi ?"

Ses yeux pétillaient d'excitation, comme à chaque fois qu'on lui proposait quelque chose d'intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Sbrok Dunrhorn
Roi Nain - Guerrier - Forgeron
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/01/2014

MessageSujet: Re: Vol de nuit [PV Sbrok]   Sam 8 Fév - 3:52

Il ne me fallut pas longtemps pour comprendre que malgré son erreur, l’homme devant moi savait être professionnel et je ne pus qu’apprécier cela au moins déjà suffisamment pour le laisser finir d’expliquer son plan qui au passage était plutôt bon bien que totalement différent de mes méthodes. Le garçon couvrait tous les angles et c’était plutôt intéressant. Avec un peu de recul, dans le cambriolage de ce soir il n’avait eu que deux défaults avec sa bonne étoile : Premièrement, j’avais fini mon rendez-vous plus tôt et pour finir… Je possède un esprit de rangement et de vie trop simple pour fonctionner comme la plupart des gens qui rangent leurs documents important dans leur bureau. A vrai dire, j’aurais bouquiné le document au lit qu’il aurait été dans la commode à côté de celui-ci jusqu’à ce que je le cherche pour autre chose. Mais autre chose était aussi très intéressant à savoir avec moi, c’est que je prévois toujours une certaine sécurité et je le prouva en tirant un second étui, identique a l’autre original, d’une commode se trouvant à l’autre bout de la salle. Il ne me fallut pas longtemps pour retirer ce document de son étui et échanger les étuis entre le faux et l’original avant de lui tendre le faux, dans son étui fambant neuf. Une fois son explication finie, je ne pus cependant m’empêcher de me placer face a lui pour prendre parole à mon tour

-Ou bien on suit ton plan mais en apportant une simple petite différence. On décide dès maintenant d’un signal et dès que tu le lâches, je saute directement sur le commanditaire présent. Une chance sur deux que le cerveau y soit et dans l’autre cas… Je saurais les faire parler.

Sûr de moi ? Soit il s’agissait de misérables qui seraient sans doutes achetable, dès que l’on met le doigt sur la faille, on peux acheter n’importe qui. Soit il s’agit de membres facilement sanctionable et croyez moi que quelqu’un qui possède ne voudra jamais perdre, quitte à se vendre. Rare sont ceux qui gardent réellement le silence et je ne penses pas avoir de problème au cas ou ils soient d’un autre pays dans la mesure ou des traités de paix se signaient avec nos amis des autres races. Il reste bien les humains… mais c’est déjà la guerre, donc la torture ne posera aucun problème.

-Ne t’en fais pas mon garçon, si tu tiens bien ton rôle, tu as ma parole qu’il ne t’arrivera rien. Ce n’est pas forcément un traître et même si ç’en ai un, il n’aura pas le pouvoir de surpasser le mien et ma hache saura fendre son crâne comme celui du roi fou de l’époque. Disons simplement que je préfère boucler cette affaire rapidement.

Et voilà, à nouveau le silence. J’attendais, là, la réaction du jeune voleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Vol de nuit [PV Sbrok]   Dim 16 Fév - 1:08

Lilienthal regarda, sans contenir sa curiosité, le roi échanger les parchemins, et son sourire était sincère lorsqu'il récupéra le faux. Il était impressionné par la prévenance du roi, tout simplement. Il accepta aussi la modification du plan. Cela ne le gênait pas, tout du moins il espérait que ça ne poserait pas de problème par la suite. Ou que ceux-ci ne pourraient pas lui retomber sur le nez, à défaut.

"Si je me passe la main dans les cheveux, comme ça. C'est parfaitement naturel."

Il eut ce geste classique des gens qui ont les cheveux un peu trop longs et qui sont dans cette période délicate où ils hésitent à les couper à nouveau ou tenir le coup et les laisser pousser. Ca n'était pas crâneur ou prétentieux, presque un réflexe, en réalité. Et comme il n'avait pas le choix de refuser la proposition, au fond, il hocha la tête en priant pour que le roi ne se surestime pas.

"J'ai réservé une place sur un bateau demain matin. Nous pourrons en avoir une seconde facilement, mais je préfèrerais être frais avant d'arriver à Melodyus. "

Lilienthal avait toujours trouvé qu'une ironie profonde résidait dans ce nom de pays aussi beau. Mélodies des pauvres non-humains torturés et mutilés, oui. Le blond eut une hésitation, et jeta un petit regard au roi. Il joua avec sa tasse un court instant.

"Pour ce soir... Vous m'hébergez ?"

~~~

Lilienthal regrettait presque d'avoir quitté le bateau, tout comme il regrettait de n'avoir pas eu l'occasion de plonger dans les vagues. Pour le plaisir de sentir l'eau contre son corps, de tout oublier.
Ils étaient à présent dans la capitale humaine et s'étaient séparés pour que le voleur puisse se rendre au lieu de rendez-vous. Il ne cherchait pas le roi du regard, il ne faisait rien qui aurait pu le trahir. Il espérait toujours que le roi soit aussi bon combattant qu'il l'estimait, qu'il n'y ait pas de mauvaise surprise.
Enfin il s'assit dans une taverne et commanda une pinte et un repas, s'installant tranquillement. Il était seul pour l'instant et avait l'air d'un simple humain voyageur qui cherchait à se remplir l'estomac. C'était l'avantage de son animal, contrairement à d'autres qui arboraient fièrement leurs marques d'animorphes. Il était discret à moins d'être à moitié nu.

Deux hommes se posèrent devant sa table alors qu'il finissait son repas. Il les fixa, regarda le plus grand jouer avec un écusson nain. Ses contacts. S'il se rembrunit parce qu'il n'était pas prévu qu'ils soient deux, il n'en laissa rien paraître.

"Bien le bonjour, voyageurs. Je serais honoré de partager ma table avec vous.
- Que la fortune d'Isgard guide vos pas."


L'un des deux voyageurs, un humain, lui avait répondu. Le second était plutôt trapu, mais gardait sa cape sur son visage de manière à ce que ce soit impossible pour l'instant de savoir si c'était un nain ou un homme massif - et pas forcément très grand. L'humain, lui, avait de longs cheveux noirs ramenés en arrière. Son regard d'un bleu acier eut un éclat méprisant alors qu'il toisait Lilienthal et il se força à sourire. Sa carrure imposante n'était pas adoucie par ses effets, bien que ceux-ci fussent de bonne facture.

"Ne perdons pas de temps. Vous avez ce qu'il nous faut ?"

Lilienthal hocha la tête.

"L'argent d'abord."

Le brun eut une moue à nouveau méprisante, et jeta une bourse sur la table. D'une main, Lilienthal sortit le rouleau en même temps qu'il effectuait le signe, avec naturel. L'humain lui saisit soudainement le poignet, brutalement, et le tira vers lui.

"Déchet."

Il eut un mouvement de poignet de le blond sentit une douleur cuisante naitre dans sa poitrine. Le brun le relâcha, le laissa s'écarter et porter la main à la blessure sanglante, ce sourire toujours méprisant aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vol de nuit [PV Sbrok]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vol de nuit [PV Sbrok]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mésaventures d'un Monde Cruel :: Le Monde Cruel :: Lor'korent :: Montagnes Ardentes :: Maison dans la roche-
Sauter vers: